Père Yannik Bonnet

Y a-t-il des chefs d'entreprise soucieux d'écologie ? Père Y. Bonnet



Y a-t-il des chefs d'entreprise soucieux d'écologie ?
La réponse est oui, j'en ai rencontré en Rhône-Alpes, région où j'ai vécu trente années de ma vie professionnelle, mais je sais qu'il y en a dans tout le pays.

Dans la fin des années 80, j'ai eu l'occasion de rencontrer des centaines de patrons  lors de conférences débats relatives à la politique humaine des entreprises et de discuter amicalement avec eux au cours du " pot " qui suivait. Certes aujourd'hui, le tissu industriel de notre pays a été en partie détruit par les puissances financières mondialistes. Mais il existe encore de nombreuses entreprises artisanales et également des PME industrielles, hautement performantes, capables de vendre dans le monde entier.


Un critère de survie, indispensable pour toutes, est l'excellence dans le métier. Indépendantes de la Bourse et de ses manipulations, elles militent pour la qualité de la formation professionnelle, constamment entretenue en vue de maintenir au plus haut niveau qualité et compétitivité. Ces exigences impliquent un climat humain fondé sur des relations  où le respect des personnes, l'honnêteté intellectuelle, la bienveillance conjuguée à la fermeté, le souci de la vérité, prennent toute leur place. Les entreprises qui meurent sont souvent déficitaires en ces domaines.

En revanche , quand se conjuguent humanisme et professionnalisme dans l'entreprise, on constate l'établissement d' un climat favorable à la survie mais également à ce que l'on appelle le " développement durable ". Ce vocable exprime respect de la nature, refus du gaspillage, considération pour le voisinage, attention à la bonne santé de ce qui vit dans l'environnement, etc. Le développement, dixit Paul VI, c'est le nouveau nom de la Paix et non une croissance " sauvage " au seul profit des nations riches.
Il y aura bientôt huit ans, j'ai été invité par une Chambre des Métiers et de l'Artisanat  qui organisait une manifestation pour remettre des trophées à un groupe d'entreprises locales, engagées volontaires pour progresser dans ce fameux développement durable, manifestation à laquelle étaient invitées toutes les instances politiques, éducatives et professionnelles de l'endroit. On me demandait de prononcer une conférence sur le thème en question  pour inciter tous les acteurs locaux à poursuivre à la fois la réflexion et l'action. Il est clair qu'inviter un prêtre à s'exprimer sur un tel sujet n'est pas anodin, d'autant que mon appartenance passée au Patronat chrétien et ma réputation de ne pas avoir la langue de bois ni celle de buis étaient bien connues. Les discussions préalables avec la " puissance invitante " le lui avaient confirmé, il était clair que je parlerais d' une écologie respectueuse de l'ordre naturel et donc de la personne humaine, dans toutes ses dimensions, spirituelle, morale, sociale, familiale et culturelle. Non moins évident que je dirais ce que je pense d'un principe de précaution, qui peut s'avérer paralysant et mortifère. Il était certain aussi  que je soulignerais l'impuissance des décideurs politiques soumis aux media, eux-mêmes soumis à la finance mondialiste.

L'accueil reçu de ce monde patronal, pas forcément chrétien mais sain, m'a confirmé l'importance de la formation à un métier. Elle contribue à l'éducation et complète celle donnée par la famille et l'école. Elle s'oppose à l'irréalisme engendré par l'idéologie et l'envahissement du virtuel.


Père Y. Bonnet
Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter