Père Yannik Bonnet

Venez construire la Civilisation de l'Amour...dans la Vérité!

Première partie de notre explication de l'encyclique.



CARITAS IN VERITATE : la Doctrine sociale s'enracine dans la théologie morale et trouve son champ d'action dans la vertu théologale de charité.

Venez construire la Civilisation de l'Amour...dans la Vérité!
Cette troisième Encyclique de Benoît XVI est un véritable monument, une construction que, seule, peut bâtir une intelligence pétrie d’amour de Dieu et de profonde humilité. Pour un familier de la doctrine sociale de l’Eglise, elle confirme cet enracinement dans la théologie morale qui en fait un champ d’action de la vertu théologale de charité. Elle rappelle à tous les catholiques que participer à l’édification de la civilisation de l’amour n’est pas facultatif mais obligatoire en conscience, particulièrement pour les laïcs. Elle leur en donne les raisons, les motifs, les principes directeurs de l’action et en actualise les domaines à mettre en chantier.
 

Introduction

La longue introduction de l’Encyclique est tout entière consacrée à montrer qu’il ne faut jamais séparer Amour et Vérité. La référence fondamentale réside en la personne du Christ qui dit : « Je Suis la Vérité » et qui témoigne par sa vie et par sa mort en croix qu’Il est Amour. L’homme en prend conscience en contemplant l’humanité du Christ mais également en découvrant le projet d’amour de Dieu sur lui, en y adhérant, en prenant conscience que son bonheur est dans l’abandon à la volonté divine.

L’amour donne le vrai sens de la relation de l’homme avec Dieu et avec le prochain. Il inclut les exigences de la vie morale et implique un discernement du bien et du mal. ( Théologie morale) Il implique donc la quête permanente de la vérité pour authentifier la charité et ceci aussi bien dans les relations de proximité (famille, amis) que dans les « macro-relations » politiques, économiques et sociales. 
L’amour sans la vérité se corrompt dans la sentimentalité et le tout-affectif. Il devient une coquille, qui se remplit arbitrairement au gré des modes, des émotions, des ressentis, des conditionnements culturels de l’époque. 

Dans la société humaine au service de la charité dans la vérité.

Venez construire la Civilisation de l'Amour...dans la Vérité!
L’amour donné est un amour reçu, celui qui jaillit du Père pour le Fils dans l’Esprit. Le Fils est venu nous donner cet amour et Il est répandu dans l’Eglise par l’Esprit Saint. Les hommes, enfants et sujets de cet amour, en deviennent les promoteurs en se mettant dans la société humaine au service de la charité dans la vérité. Sans la vérité, affirme Benoît XVI, et nous le constatons, l’agir social devient la proie d’intérêts privés, soumis à des logiques de pouvoirs, ce qui désagrège la solidité dans la voie de la mondialisation actuelle. Benoît XVI rappelle, (comme « Fides et ratio » l’encyclique de Jean-Paul II), que la vérité provient de la foi mais qu’elle implique la raison humaine et qu’Elle lui est accessible. 
 
La charité dépasse la justice mais elle ne peut exister sans elle. Ce qui confirme les exigences morales de la doctrine sociale de l’Eglise. Les droits légitimes des personnes et des peuples doivent être satisfaits au nom de la justice, ce qui permet à l’amour d’y ajouter don, gratuité, pardon, compassion, miséricorde et profonde communion. 

Dès lors, s’impose la notion de « bien commun », qui inclut tous les besoins réels des personnes, biens spirituels, moraux, culturels, économiques, écologiques…etc. agir pour le bien commun favorise l’édification de la cité de Dieu en même temps qu’elle procure paix et unité à la cité des hommes.

Ainsi, Caritas in Veritate développe le Concile Vatican II, qui disait dans le décret Ad Gentes ( AG 12):

"Les chrétiens doivent donc travailler, en collaboration avec tous les autres, à organiser de manière droite les affaires économiques et sociales. Ils doivent se dévouer avec un soin spécial à l’éducation des enfants et des jeunes au moyen des écoles de toute sorte, qu’il faut considérer non seulement comme un moyen privilégié pour former et faire progresser la jeunesse chrétienne, mais en même temps comme un service de très haute valeur pour les hommes, surtout pour les nations en voie de développement, pour promouvoir la dignité humaine et préparer des conditions plus humaines. Ils doivent en outre prendre leur part dans les efforts de ces peuples qui, en faisant la guerre à la faim, à l’ignorance et aux maladies, s’appliquent à améliorer les conditions de la vie et à affermir la paix dans le monde. Dans cette activité, les fidèles doivent souhaiter ardemment apporter, de façon prudente, leur contribution aux initiatives lancées par les institutions privées et publiques, par les gouvernements, par les organismes internationaux, par les diverses communautés chrétiennes et par les religions non chrétiennes.
 
[Mais l’Église ne veut en aucune manière s’ingérer dans le gouvernement de la cité terrestre. Elle ne revendique pour elle-même d’autre titre que celui d’être au service des hommes, Dieu aidant, par sa charité et son dévouement fidèle (cf. Mt 20, 26 ; 23, 11) [29]."]urlblank:http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decree_19651207_ad-gentes_fr.html


Ainsi Vatican II a posé les bases de la civilisation de l'Amour, consolidées depuis lors par les Papes. Caritas in Veritate est une belle pierre dans cet édifice patient.

P. Yannik Bonnet;
Admin




Les raisons d'être de la Doctrine sociale de l'Eglise. | Les principes de base pour comprendre la DSE. | Comprendre Caritas in Veritate. | L'action des catholiques sociaux en France. | Les Droits de l'Homme au regard de l'Eglise. | Etre heureux au Travail | Evangelii Gaudium et la Doctrine sociale.



Inscription à la newsletter