Père Yannik Bonnet

Suicides en lien avec le travail ? 2. P. Y. Bonnet



Suicides en lien avec le travail ? 2. P. Y. Bonnet



Quand bien même,  nous n'aurions pas connu cette " déferlante " de l'idéologie libérale anglo -saxonne , favorisés par un rejet de l'idéologie socialo communiste , ( cet autre " économisme " nationaliste , pour reprendre l'expression chère à Jean-Paul II ) , la mondialisation croissante aurait engendré une pression exigeant une solution de notre modèle socio-économique .
Mais dans le mode de fonctionnement libéral anglo-saxon , ce n'est même plus l'économie qui mène le jeu , c'est la finance , comme l'avait prédit le Pape Pie XI en 1931 dans  Quadragesimo Anno .

 


Pour le financier libéral , pur et dur , le personnel n'a pas de visage humain , c'est une " variable d'ajustement " , dont on dispose pour pouvoir augmenter la rentabilité. Pour y parvenir , il fallait neutraliser la génération des dirigeants d'entreprise que j'ai connus pendant vingt ans . Ils n'étaient pas parfaits certes , mais ils aimaient leur firme  :  son métier , ses collaborateurs de tous niveaux , ses clients .
Quand cette génération de dirigeants a constaté l'impact du phéomène soixante-huitard , pourtant déclenché en milieu étudiant en vue de la libération sexuelle , dans ses usines , elle a initié ou appuyé les réformes sociales et humaines , qui paraissaient indispensables à ma génération .




Suicides en lien avec le travail ? 2. P. Y. Bonnet
Les années suivantes ont vu se développer un style de management respectueux des personnes , stimulant et responsabilisant . Cela ne pouvait durer , tellement c'était  à l'opposé des concepts libéraux . Quand j'ai accepté de quitter le monde de l'entreprise pour prendre la direction d'une Ecole d'ingénieurs , je venais d'être pendant sept ans un heureux " DRH " , ce métier qui avait remplacé celui de chef de personnel . Je sentais confusément que le monde dans lequel j'avais passé vingt trois ans était en train de changer .

En fait le changement a été très rapide dans les grandes structures capitalistiques . La mode était à l'utilisation de cabinets de consultants anglo-saxons , qui prônaient l'usage du stress , du contrôle permanent des subordonnés, la mise en place de procédures formelles paralysant toute initiative et créativité, voire un véritable " harcèlement " aux antipodes d'une " gouvernance" humaine , telle que l'application de la doctrine sociale de l'Eglise l'inspire .

Certes il y a eu des grandes entreprises , dont la culture propre , enracinée depuis des décennies , a freiné cette détestable dérive , freiné mais pas enrayé. Quand je suis revenu comme consultant dans le monde de l'entreprise , ayant créé mon propre cabinet , j'ai encore pu trouver des clients , y compris dans de grandes firmes, non encore contaminées par le libéralisme pur et dur , mais j'ai dû également refuser de gros contrats en raison de divergences moralement inacceptables par un catholique fidèle à ses convictions .

Dans la presse économique , combien de fois a-t-on lu , à cette époque, de portraits dithyrambiques de ces redresseurs d'entreprises , de véritables " tueurs " , qui amélioraient le bilan et le compte d'exploitation des firmes , que leur confiait le monde financier , en laissant derrière  eux une population traumatisée , une communauté humaine exsangue .

Comme l'écrivait Benoit XVI en 2009 , dans " Caritas in Veritate " : " Ces dernières années, on a vu la croissance d’une classe cosmopolite de managers qui, souvent, ne répondent qu’aux indications des actionnaires de référence, constitués en général par des fonds anonymes qui fixent de fait leurs rémunérations." ( N° 40  ) .

Ajoutons que , dans le contexte actuel , l'encadrement " file doux " de crainte d'être viré. En conséquence , le travailleur de la base se sent vulnérable , impuissant , abandonné. Le syndicalisme , en France , est majoritairement " lutte des classes " , parfois violent , souvent bruyant , mais lui aussi impuissant . Le syndicalisme réformiste est très minoritaire , mal formé et en baisse régulière . On comprend la détresse de ceux , qui n'ont aucune garantie de l'emploi et qui voient le chomage progresser tout autour d'eux . Nous verrons dans les prochaines chroniques que l'évolution de la société elle-même , hors du monde du travail , favorise très largement la fragilité des personnes .

retrouver le livre du père Bonnet sur la boutique AESmag
retrouver le livre du père Bonnet sur la boutique AESmag
Admin




Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter