Père Yannik Bonnet

Stop à l'épidémie du divorce !

D’où vient l’épidémie du divorce, qui touche tous les âges, tous les milieux sociaux, et, ce qui est inquiétant, même les chrétiens pratiquants ?



Réfléchir en profondeur

Stop à l'épidémie du divorce !
On me pose bien souvent la question et, s’il n’est pas étonnant que le divorce accompagne la déchristiannisation du plus grand nombre, le fait que l’épidémie contamine également le petit pourcentage des chrétiens, restés pratiquants, oblige à réfléchir en profondeur avant de répondre. En effet, celui qui bénéficie des grâces données dans les sacrements n’est certes pas à l’abri des tentations ni des faux pas, mais de là à briser un couple, à causer des blessures graves au conjoint et aux enfants, il y a là un fossé à franchir qui, avec l’aide du temps nécessité par une telle décision, devrait permettre à l’intéressé de faire demi tour. 

S’engager dans le mariage, dans une vocation…même combat, même difficultés

Plus j’y pense, plus il me semble que la difficulté de s’engager dans le mariage est en corrélation avec la difficulté à répondre à une vocation religieuse ou sacerdotale et, de même, que l’épidémie du divorce dans les milieux catholiques pratiquants est en corrélation avec les départs de consacrés et de prêtres. Or  40 ans après mai 68, les départs de prêtres et de consacrés touchent des hommes et des femmes dont la vocation est née dans une mouvance spirituelle aux antipodes des chrétiens soixanthuitards, voire dans une mouvance « tradi ». 

Une réponse de Jean-Paul II

Stop à l'épidémie du divorce !
Or, que nous dit Jean Paul II dans l’exhortation apostolique « Pastores dabo vobis » ? La formation humaine est le fondement de toute la formation sacerdotale. Et le Pape de consacrer les numéros 43 et 44 de cette exhortation à développer ce thème. Il parle de la nécessaire « construction de personnalités équilibrées, fortes et libres », de « l’éducation à l’amour de la vérité, à la loyauté, au respect de toute personne, au sens de la justice, à la fidélité à la parole donnée…à la cohérence et en particulier à l’équilibre du jugement et du comportement ». Il insiste sur la maturité affective, sur l’authentique éducation sexuelle, la maîtrise de soi, le service du prochain et la formation de la conscience morale". 

Favoriser l’éclosion de personnalités mûres, solides : la grâce ne fait pas l’économie de la nature !

Nous retrouvons dans cette liste les fondements nécessaires au mariage, qu’il soit ou non couronné par le sacrement ou Dieu fait alliance avec le couple qui s’engage. Autrement dit, une fois de plus, le surnaturel s’appuie sur le naturel et la grâce ne fait pas l’économie de la nature. Comme il a raison ce prêtre versaillais qui secoue vigoureusement les jeunes cathos pratiquants lesquels, le samedi soir, témoignent dans les soirées de leur immaturité affective, de la non structuration de leur conscience morale, de leur non respect de la personne de l’autre. Ils savent bien qu’il s’agit d’un enfant du Père, d’un frère ou d’une sœur du Christ, d’un temple de l’Esprit Saint. La psychologie a remplacé la formation à la vertu de tempérance, il faudrait pratiquer l'un sans oublier l'autre, et il est probable que la pratique des vertus chrétiennes authentiques limiterait le recours au psy pour blessures affectives !

Que les familles catholiques pratiquantes s’interrogent sur la place de l’argent, des loisirs, des portables et des jeux vidéo, dans leur existence ! Qu’elles forment leurs enfants, dès leur plus jeune âge, à la droiture, au courage, au travail, au respect, bref, à tout ce qui contribue à permettre l’éclosion de personnalités, matures, solides. Certes, les parents n’ont pas obligation de résultats, mais ils ont obligation de moyens. 

Introduire le pardon

L'épidémie de divorce se répand aussi par une répétition de ce qui a été vu et vécu : combien de jeunes se sont dit : " Je ne ferai pas comme mes parents, je ne divorcerai pas"....et font de même. Cette répétition des situations de divorce peut être stoppée par un pardon donné, une réflexion plus profonde sur la vie morale, une pratique plus assidues comme nous le disions des vertus cardinales.

Actuellement, il est dans "l'air du temps" de dire qu'il n'y a pas de bien, ni de mal, car ces notions sont reliées à Dieu et à la conscience. Former la conscience permet d'éviter le mal moral du divorce, connaître Dieu et son pardon permet de perséverer dans la fidélité et de croire que cette fidélité est possible. 

Père Y. Bonnet
Admin




Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter