Père Yannik Bonnet

Quelle est la maladie mortelle qui affaiblit toute notre société ? Père Y. Bonnet



Quelle est la maladie mortelle qui affaiblit toute notre société ?
La question est embarrassante, tant de maux ont contaminé cette pauvre société contemporaine que le diagnostic n'est pas évident. Un organisme affaibli est une aubaine pour les microbes, bacilles et virus divers et notre environnement est contaminant pour les âmes. En tout cas une chose me frappe de plus en plus  quand je me déplace, c'est le visage des femmes, cette tristesse diffuse qui en marque un grand nombre, cette lassitude qui semble plus intérieure que physique, cette fuite de la réalité dans l'usage effréné du " portable " et des jeux qu'il propose!

Quand on me dit : " Vous ne vous rendez pas compte à quel point la vie est dure ! " , je suis obligé de faire remarquer à mes interlocuteurs que j'ai tous mes souvenirs depuis 1939, que j'ai connu la faim et les privations de toutes sortes, le sifflement des bombes en train de descendre à grande vitesse et les séparations douloureuses dues à la guerre! En revanche, je suis très conscient que si les conditions de vie ont changé en bien  pour ce qui concerne la paix qui règne dans notre monde occidental et le recul de toute pénurie matérielle, elles n'ont pas changé en bien pour ce qui concerne le respect de la dignité de la femme.

Le Malin, qui sait très bien que le rôle de la femme dans la vie sociale est central et qu'en l' affaiblissant par la promotion d'un féminisme qui le dévoie, on met en danger toute la société, a mobilisé toutes ses troupes ainsi que ses supplétifs!

Avec la banalisation de la sexualité, favorisée par la contraception, et cette peur panique de l'engagement qui touche un grand nombre de jeunes hommes, plus immatures les uns que les autres, les jeunes filles ( on les nomme précocement jeunes femmes dans tous les media ) se mettent en ménage par peur de la solitude et pour ne pas se singulariser. Et je constate les dégâts causés par ces cohabitations au long cours, ces ruptures tardives avant ou après mariage, ces blessures qui se manifestent plus ou moins sur le coup mais qui perdurent toujours, en tout cas tant qu'on n'a pas fait appel à la Miséricorde Divine et pris ou repris le chemin de la Vie.

Les familles catholiques sont nombreuses à ne pas échapper à ce fléau, ce qui était inévitable  compte tenu de l'hostilité affichée par nombre d'ecclésiastiques envers tout propos évoquant les sixième et neuvième commandement ou utilisant le terme " vie morale ". Quant à la notion de péché mortel, elle était passée par profits et pertes, en dépit de son rappel tant dans le Catéchisme de 1992 que dans l'Encyclique " Veritatis Splendor " de 1993. Et ce qui prouve que l' Eglise avait raison de continuer à promouvoir la chasteté et la pureté, c'est le constat qui s'offre à nos yeux des méfaits de cette pastorale affective, laxiste et débilitante prenant la suite d' une catéchèse insipide et invertébrée.

On pouvait s'y attendre, c'est la femme qui a payé les pots cassés au prix fort. Il n'est pas étonnant que les sociologues perçoivent aujourd'hui, dans la génération des 16 à 24 ans, comme un frémissement de changement, un renouveau d'exigence de maîtrise de soi, un attrait pour le couple vie spirituelle-vie morale. Malheureusement cela n'empêche pas la majorité de notre société de poursuivre sa dégringolade. Elle est en train de toucher ce fond, dont Marthe Robin m'avait parlé en 1973. Et quand viendra l'inéluctable purification, ce sont les femmes qui pleureront.

Père Yannik Bonnet
Retrouver le chemin de la vie, de la pureté, de la chasteté, avec Marie et Joseph.
Retrouver le chemin de la vie, de la pureté, de la chasteté, avec Marie et Joseph.
Admin



Conversion de la France



Inscription à la newsletter