Père Yannik Bonnet

Que pensez-vous de la démission du Pape Benoît XVI ? Réaction du père Y. Bonnet.

Interview du père Yannik Bonnet ( source, Homme Nouveau)



Cela n'a fait que renforcer l'amour et l'admiration que je lui porte.

Que pensez-vous de la démission du Pape Benoît XVI ? Réaction du père Y. Bonnet.
Compte tenu de la personnalité du Pape, cette décision a été longuement mûrie dans la prière et l’abandon à la volonté divine. Si donc le Seigneur le permet, c’est comme toujours qu’Il sait qu’Il va en tirer un bien supérieur pour l’humanité fidèle à cette volonté. Ce qui ne signifie pas que la succession sera conforme immédiatement à nos souhaits les plus chers. Nous faisons totale confiance à la divine Providence et prierons pour avoir les grâces nécessaires, quoi qu’il arrive. Quant à l’acte, décidé par Benoît XVI dans l’usage de son souverain libre arbitre, il n’a fait que renforcer l’amour et l’admiration que je lui porte. Comme j’ai l’âge qu’il avait quand il est devenu Pape, je peux mesurer ce qu’il a dû dépenser de force au cours des années écoulées depuis son élection. Après plus de vingt années comme bras droit de Jean-Paul II, il a conduit l’Église jusqu’à nos jours dans des circonstances de plus en plus difficiles, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il l’a fait avec douceur et humilité mais non sans fermeté, sans jamais céder au « sentimentalisme » contemporain, qu’il a si justement épinglé dans Caritas in veritate.
 
 

L'Eglise, un pilier solide pour le monde.

Que pensez-vous de la démission du Pape Benoît XVI ? Réaction du père Y. Bonnet.
Certes il y a des grâces d’état mais, comme l’exprime saint Thomas d’Aquin, la grâce ne fait jamais l’économie de la nature. Avec la conscience qui le caractérise, Benoît XVI s’est donné sans réserve pour le Christ, pour l’Église et pour le salut de l’humanité tout entière. C’est dans le même esprit, conscient des exigences de sa charge, qu’il a jugé devoir cesser de l’exercer, pensant certainement qu’elles ne vont pas diminuer et qu’il n’a plus l’énergie physique pour faire face. Une pareille humilité chez un homme qui nous a montré la puissance de son intelligence, la vigueur de sa spiritualité, la qualité de sa pédagogie, ne peut que renforcer l’admiration mais, si nous l’aimons plus encore que nous ne l’admirons, alors nous sommes dans la joie de savoir qu’il va enfin vivre au rythme d’un homme de son âge. Il continuera à nous offrir le produit de sa réflexion théologique, à nous aider par sa prière, sa sagesse et ses conseils, mais il pourra aussi consacrer plus de temps à la musique et au piano. Je ne peux, pour ma part, m’empêcher de penser que la situation mondiale ne va cesser de s’aggraver et connaître des tensions d’une violence que l’immense majorité de nos contemporains, anesthésiée par les médias, n’imagine pas. Si nous analysons rationnellement les dangers politiques, économiques et sociaux, qu’encourt la planète et dont nous observons les prémices, il semble bien que le seul pilier mondial sur lequel puisse s’appuyer l’humanité ne peut être que la sainte Église du Christ. Mais elle aura besoin d’un chef vigoureux, car cette sainte Église est un rassemblement de beaucoup plus de pécheurs que de saints ! Cette analyse, je pense que Benoît XVI l’a faite, bien avant moi, et qu’il envisageait depuis longtemps cette démission, se réservant de la prendre quand il en sentirait physiquement la nécessité.
 
 

" Ne craignez pas, petit troupeau".

Que pensez-vous de la démission du Pape Benoît XVI ? Réaction du père Y. Bonnet.
Cher, très cher Benoît XVI, nous vous remercions pour tout ce que vous nous avez apporté pendant ce magnifique pontificat et tout particulièrement pour l’exemple de votre vie toute donnée, pour la manifestation de votre sainteté, qui pour moi ne fait aucun doute. En poursuivant ma réflexion prospective, il m’est venu à l’idée que le Seigneur nous donne, à sa manière, des avertissements et des alertes par des évènements qui se produisent avant les grands conflits modernes. Par exemple, ne vous enorgueillissez pas de vos progrès techniques car vous êtes loin de tout contrôler : pensez au naufrage du Titanic juste avant la Première Guerre mondiale, à l’incendie du fameux Zeppelin allemand à New York juste avant la Deuxième et rapprochez cela du naufrage du paquebot de croisière à la suite d’un choc avec un modeste caillou italien ! Autre curieuse « coïncidence », quelques jours avant la guerre de 1914, le Père éternel rappelle à lui le saint pape Pie X, quelques mois avant celle de 1939, Il en fait autant avec l’énergique pape Pie XI, et Il vient de permettre la démission de Benoît XVI... peut-être pour nous rappeler opportunément que la Très Sainte Vierge à Fatima nous a avertis qu’avant le triomphe de son Cœur Immaculé, coulerait le sang des martyrs. Si ma mémoire est bonne, c’est le cardinal Ratzinger, qui avait été chargé de commenter le troisième « secret », resté jusque-là inconnu du public. Comme dit le Christ : « Ne craignez pas, petit troupeau, j’ai vaincu le monde » mais le mercredi des Cendres, il nous a été dit : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ». C’est bien ce que le Saint-Père n’a jamais de nous rappeler et c’est plus que jamais d’actualité.
 

Un des derniers cardinaux nommés par Benoît XVI ...appelé ainsi à participer au Conclave!
Un des derniers cardinaux nommés par Benoît XVI ...appelé ainsi à participer au Conclave!
Admin




Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter