Père Yannik Bonnet

Pourquoi faut-il faire la promotion de l'obéissance ? Père Y. Bonnet



A quoi obéir? Un consentement accordé une fois pour toute, avec une seule condition de base.

Pourquoi faut-il faire la promotion de l'obéissance ? Père Y. Bonnet

 

     Je pense que le drame le plus grave de notre époque est la faible importance qui est attachée à l'obéissance , dont Simone Weil écrivait dans "L' enracinement" qu'elle est une nourriture nécessaire à l'âme humaine . Elle ajoutait que quiconque en est privé est "malade" , en conséquence que tous ceux qui exercent l'autorité doivent eux-mêmes pratiquer l'obéissance , comme le Christ le rappelle à Ponce-Pilate . Celui à qui est due l'obéissance dans l'organisation des communautés humaines doit obéir à la loi morale . De ce fait , personne ne doit exiger le consentement à des actes contraires à la conscience morale . L'obéissance n'est pas la servilité , elle ne saurait dépendre de la peur du châtiment ni de l'attente d'une récompense . mais elle n'est pas non plus liée au comportement agréable du chef ni à sa compétence indiscutable ! Saint Pierre , dans sa deuxième épître , a précisé que l'on devait un égal respect aux revêches et aux agréables !

L'obéissance est donc bien un consentement accordé une fois pour toutes , à la seule réserve de la moralité des ordres , à celui ou celle qui a autorité en vertu de l'ordre naturel ( les parents ) ou de l'organisation de la vie sociale , sans oublier que la personne humaine est sociale par nature . Avoir été éduqué à l'obéissance est donc une nécessité vitale , pour toute la vie , familiale , scolaire , professionnelle , politique et ...ecclésiale . On comprend tous les dégâts , provoqués par le véritable procès intentés à tous ceux qui avaient reçu une fonction de chef , à commencer par le père de famille . Comme je suis heureux que l'Abbaye de Flavigny ait accepté de reprendre l'impression et la diffusion de "La société sans père " , d'Alexandre de Willebois , qui avait identifié dès 1985 la dimension subversive de la grande manoeuvre anti-père .

     


Les bienfaits de l'obéissance : écoute, harmonie de la vie sociale, condition de réciprocité dans la chaîne hiérarchique, etc...

Comme l'air du temps n'est pas caractérisé par la glorification de l'obéissance , il n'est peut-être pas inutile d'en faire la " promotion" , même si ce terme commercial irrite un peu ceux qui  pensent que l'on n'a pas à " vendre " une vertu morale . Pour ma part , j'ai appris chez mes maîtres jésuites qu'il n'est pas inutile de présenter habilement ce qui concourt au Bien commun . Il y a au fond beaucoup de bienfaits liés à l'habitude de l'obéissance et je vais en énumérer quelques uns .

L'expérience montre que l'on apprend beaucoup en sachant écouter . Or l'obéissance implique une attitude d'écoute , d'attention à l'autre , qui est un témoignage de politesse en même temps qu'une condition de bonne compréhension de la pensée exprimée par l'interlocuteur . Quand on pense à la déperdition d'énergie due à la faiblesse d'attention de nombre de nos contemporains , on mesure le gisement de productivité non exploité , ce qui en temps de crise est une faute grave .

Un autre bienfait de l'obéissance est de favoriser la vie sociale , puisque celle-ci ne peut se passer de règles communes et donc de responsables hiérarchiques chargés de les faire respecter . Il n'est pas anodin que le Christ ait institué une Eglise hiérarchique , avec des chefs à respecter en dépit de leurs limites humaines . 


L'habitude de l'obéissance est une éducation précieuse à la vertu d'humilité et tout le monde peut constater que l'orgueil , à l'opposé , est le péché qui verrouille tout accès à la sainteté . En outre , un subordonné habituellement respectueux et obéissant a beaucoup plus de chances d'être écouté et réellement entendu par son chef , quand il pense , en conscience , qu'il ne peut pas cacher à celui-ci les interrogations profondes que tel ordre a suscité en lui . Or une telle intervention peut inciter le chef , soit à mieux préciser ses raisons , soit à améliorer sa position , soit à donner des informations inconnues du subordonné et lui permettant de comprendre la pertinence de l'ordre reçu . Je me souviens avoir dit à mes collègues de travail , dans ma jeunesse , que leur attitude pouvait favoriser une heureuse évolution de la manière de commander de leur chef . On peut donc en quelque sorte éduquer son chef , mais à condition de montrer que l'on est soi-même bien éduqué à l'obéissance .

     L'exemple vient de haut , le Christ n'a jamais cessé de clamer son obéissance au Père , mais plus encore Il l'a prouvé en se faisant obéissant jusqu'à la mort et la mort de la Croix . Il s'est soumis aux autorités religieuses de son peuple et à l'autorité politique de l'occupant romain . Ainsi Il a accompli la mission de Rédempteur , obéi à la Volonté du Père , nous montrant la voie à suivre pour aller vers le bonheur éternel .


Père Yannik Bonnet

Admin




Liberté, Autorité et Obéissance. | Commentaires d'Evangile. | Guide Pour la Sainteté ( GPS ) | Foi, Magistère et Catéchisme de l'Eglise Catholique



Inscription à la newsletter