Père Yannik Bonnet

Observatoire : l'appel du pape François à jeuner pour la Syrie et des articles pour comprendre les enjeux.

« J’adresse un appel fort et pressant à toute l’Eglise catholique, et je l’étends à tous les chrétiens d’autres confessions, aux hommes et femmes de toutes religions et aussi à ces frères et sœurs qui ne croient pas : la paix est un bien qui dépasse toute barrière, car elle est un bien de toute l’humanité ».
Dans le contexte « angoissant » de la crise syrienne, il a décrété une Journée de prière et de jeûne « pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient et dans le monde entier », le 7 septembre prochain, en la veille de la fête de la Nativité de Marie.
Le pape a aussi élargi son appel à tous les hommes et femmes de bonne volonté : « J’invite aussi à s’unir à cette initiative, par la manière qu’ils retiendront la plus opportune, les frères chrétiens non catholiques, les adeptes des autres religions, ainsi que les hommes de bonne volonté. »
Le soir, a-t-il annoncé, de 19h à minuit, aura lieu une veillée de prière place Saint-Pierre, en sa présence : « Nous nous réunirons en prière et dans un esprit de pénitence pour invoquer de Dieu ce grand don pour la bien-aimée Nation syrienne et pour toutes les situations de conflit et de violence dans le monde. L’humanité a besoin de voir des gestes de paix et d’entendre des paroles d’espérance et de paix ! »
Le pape a encouragé les Eglises locales à organiser aussi des célébrations pour cette Journée : « Je demande à toutes les Églises particulières, outre le fait de vivre cette journée de jeûne, d’organiser des actions liturgiques à cette intention. »
« Je vous attends samedi prochain à 19h ! », a-t-il dit à la foule en conclusion de la prière mariale.



Le Tweet du Pape le 2 septembre : " Plus jamais la guerre, plus jamais la guerre".

Observatoire : l'appel du pape François à jeuner pour la Syrie et des articles pour comprendre les enjeux.
Le Pape François appelle à une journée de jeûne le 7 septembre, jeûne pour la paix dans le monde et éloigner la menace d'un conflit mondial partant de la poudrière que représente la Syrie.

La demande du Pape est une sirène d'alarme : un incendie s'allume, dont les conséquences pourraient être mondiales. Quelles sont les sources de renseignements du Pape ? Les évêques de la région, les événements récents impliquant des enlèvements de prélats des différentes confessions chrétiennes, comme le rappelle cet article du Monde  sorti déjà en Avril et qu'il est bon de relire aujourd'hui pour mieux comprendre. Il s'agissait de l'enlèvement de deux évêques, de leur libération présumée puis démentie. Les informations du Vatican et ses craintes sont celles d'un faisceau de renseignements oeucuméniques. Il ne s'agit pas de craintes non fondées mais de la convergences des observateurs impliqués sur le terrain avec les populations syriennes. La Croix en Juillet faisait le point sur les incertitudes autour du sort des prélats enlevés. Plus précis, l'Obervatoire de la Christianophobie donne des renseignements au 15 Août.

Cet article de Zenit relayant l'appel de l'Oeuvre d'Orient permet de comprendre avec chiffres et données du terrain la situation humanitaire, il s'agit déjà d'une situation de guerre avec son cortège de drames.

De la confusion de la situation et des renseignements complexes émergent peu à peu la gravité du conflit et son potentiel à haut risque, les évêques et les chrétiens de Syrie faisant connaître au Vatican et au monde le sort de leurs compatriotes et l'étendue de la contagion du conflit dans toute la région. Cet article du Figaro sur la décision de Barack Obama d'attendre le 9 septembre la réponse du Congrès américain à sa question sur l'intervention armée retrace les enjeux politiques internationaux.


Prions avec ardeur pour la paix en Syrie.

Ci-dessous, l'appel de l'oeuvre d'Orient. Il est possible de mieux se renseigner sur leur site et d'aider concrètement par un don.  L'article suivant sur ce site est peut-être le plus complet et le plus clair sur la situation d'ensemble du point de vue des choix politiques des uns et des autres face à la réalité du terrain.



Appel de L'Oeuvre d'Orient

 

Chers amis,

La Syrie brûle ! Son économie s’effondre ! 100 000 morts, 600 000 blessés. Un million de réfugiés à l’étranger. 4 millions de déplacés dans leur propre pays. « Il n’y a plus ni travail, ni nourriture ! Les conséquences de cette guerre sont catastrophiques », nous écrit Mgr Samir Nassar, l’archevêque maronite de Damas.

Dans ce contexte terrifiant, les chrétiens se sentent très seuls ! Ils ne peuvent s’appuyer que sur leurs communautés. Mais tous ces prêtres, ces religieux et ces religieuses au courage exemplaire manquent de moyens ! Débordés par l’ampleur de la catastrophe, ils nous appellent à l’aide !

« Les ¾ des familles “moyennes“ sont passées sous le seuil de la pauvreté et sont venues s’ajouter à celles que nous aidions déjà. Les prix ont été multiplié par dix. Depuis trois mois il n’y a plus de lait pour les bébés. On a besoin de tout. Pour 400 familles, il nous faut 10 000 € par mois » nous dit Mgr Benham Hindo, archevêque d’Hassaké.

« Dans certains quartiers de Homs, les gens vont bientôt s’entre-tuer pour de la nourriture » nous confiait récemment un prêtre. Se nourrir est devenu une véritable obsession pour les familles. Les paniers alimentaires qui leur sont distribués par les communautés religieuses sont leur seul secours. Mais pour combien de temps encore ? Faute de soutien, les Maristes bleus d’Alep, comme tant d’autres, risquent de devoir arrêter leur distribution. Que va-t-il advenir de ces familles sans notre aide ?

Les médicaments sont aussi rares. Heureusement, les dispensaires et les hôpitaux des religieuses fonctionnent encore. La responsable de l’hôpital St-Louis de Damas demande de l’aide pour « acheter le matériel de premiers soins des blessés »

Au Liban, en Jordanie et en Turquie, les chrétiens ne se sentent pas bienvenus dans les camps et préfèrent se réfugier dans les paroisses, les écoles, les monastères, les jardins… Les problèmes sont les mêmes qu’en Syrie : logement, nourriture, soins, déscolarisation des enfants…

Nos frères vivent l’apocalypse ! Notre devoir de chrétiens est de les aider. « Nous n’avons pas de mots pour vous remercier de votre solidarité et de vos prières », nous écrit Sr Marguerite Slim, directrice de l’hôpital St-Louis d’Alep.

Ajoutons à nos prières une aide concrète.

Chaque intention, chaque euro seront un miracle pour eux.

N’abandonnons pas les chrétiens de Syrie à leur sort. Donnons-leur un signe d’espérance !

Merci infiniment.

Mgr Pascal Gollnisch

Directeur général

Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter