Père Yannik Bonnet

Mes souvenirs vous aideront peut-être à être prudents comme des serpents! P. Y. Bonnet



Pourquoi écrire mes souvenirs de catholique?

 

La période que j'ai vécue, depuis l'après guerre, soixante huit ans environ, a été riche en événements au sein de l'Eglise universelle et tout particulièrement en France. De 1945 à 1952, enfant puis adolescent, j'ai surtout écouté mon père, qui lisait les écrits pontificaux et divers journaux catholiques. Comme sa culture était immense et sa fidélité à l'Eglise irréprochable, je recevais beaucoup de lui.

Mes positions personnelles ont commencé à s'affirmer à partir de mon entrée à Polytechnique en 1952, mais les études, le service militaire, les fiançailles, le mariage, la thèse de Chimie, puis la naissance de mon premier enfant, le tout en cinq ans m'ont largement mobilisé, de sorte que je ne me rendais pas compte de l'évolution de l'Eglise catholique en cours dans mon pays.

L'arrivée à Lyon , pour mes débuts en entreprise , en novembre 1957, a été un choc brutal  que je n'oublierai jamais. Je découvrais, un peu plus tous les jours, la fameuse " connivence de l'Eglise de France avec le marxisme " , dont Mgr Decourtray devait faire état des années plus tard non sans se faire rabrouer par certains. Le syndicat CFTC militait pour la déconfessionnalisation, il deviendra CFDT en 1962, le mouvement des cadres chrétiens anticipait sur la thèse du livre de Mgr Ancel (" Pour une lecture chrétienne de la lutte des classes 1972" ), les tracts de l'ACO et de la JOC reprenaient les thèmes marxistes.

J'ai gardé seize numéros de la revue des Franciscains de Bordeaux car je la lisais pour compléter ma compréhension de ce qui se passait. J'ai eu soin de prendre rendez-vous avec l'Archevêque de Lyon, qui s'est "défilé" et m'a "refilé " à ....Mgr Ancel. Le Concile venait de commencer et il fallait une grande vigilance, beaucoup de discernement dans les lectures pour ne pas se laisser désinformer par les chantres du Concile virtuel !

 

Ce que vient de dire le Pape, justement à propos de la désinformation, est à prendre en considération car il s'adressait aux media catholiques italiens, preuve qu'à l'intérieur même du monde croyant la vigilance reste d'actualité. Depuis mon ordination, cela fera quinze ans en juillet, j'ai été plusieurs fois victime de désinformations émanant de clercs ou de laïcs. Je dois dire que mon évêque et certains de mes confrères m'avaient prévenu pour que je ne sois pas surpris ! J'ai pris le parti de rétablir la vérité auprès de mon évêque chaque fois que nécessaire ... et de garder un sommeil paisible .

Malheureusement, les dégâts opérés par la désinformation en soixante ans ont été considérables et ils l'ont été d'autant plus que la formation des fidèles, initiale et continuée, était au mieux médiocre, au pire fautive. J'ai bien conscience de n'être qu'un témoin de cette époque, mais j'ai cette particularité d'avoir vécu dans le monde scientifique, le monde industriel, le monde politique et finalement le monde ecclésiastique, avec la Grâce insigne d'avoir été gardé dans la Foi par mon Seigneur et de n'avoir jamais désespéré de mon pays et de son Eglise.

Les récentes élections montrent que mes compatriotes ne gobent plus tout ce qu'on essaie encore de leur faire avaler : ce n'est peut-être pas glorieux, mais c'est encourageant. Et je suis frappé par le foisonnement d'initiatives qui sont prises actuellement par la nouvelle génération de catholiques qui rejettent l'individualisme et le matérialisme qui ont abâtardi leurs aînés. Mes souvenirs leur serviront peut-être à rester prudents comme des serpents !

Père Y. Bonnet

Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter