Père Yannik Bonnet

Loi naturelle : enracinement dans le coeur de l'homme.



Le " tout culturel" face à la source transcendante de la culture.

Loi naturelle : enracinement dans le coeur de l'homme.
Une partie des philosophes modernes prétend que tout est culturel et que rien n’est naturel. A les entendre, il n’y a pas de nature humaine, pas de mode d’emploi de l’homme. Seule la culture d’une époque a édicté des interdits moraux. Pour eux, il s’agit d’un ordre moral répressif, contraire à la liberté de l’homme, qui ne doit pas connaître de limites. Après plus de trente ans de ce discours, les effets pervers dans la société moderne, violences, suicides, déprimes, familles brisées, enfants délaissés, argent-roi, drogues etc, sont devant nous. Et comme le titre de l’excellent livre de Toni Anatrella, il faudra bien se décider à dire « non à la société dépressive ».  Ce combat, les chrétiens doivent apprendre à le mener en faisant appel à leur conscience, que toute personne a en elle, qu’il faut faire le bien et éviter le mal. Est-il difficile de montrer que le respect de la vie, le respect de la personne dans la vie affective et sexuelle, le respect de sa propre santé, le souci de la vérité, le respect des biens d’autrui, etc, sont autant de règles du jeu qui rendent possible la vie de chacun et celle de tous dans la sauvegarde d’une dignité à laquelle chacun aspire ? Ainsi, le " tout culturel" qui nie la source de la culture en la loi naturelle donnée par Dieu renferme l'homme sur lui-même. La culture est la route de l'homme, et la route a été tracée par Dieu.

"L’enracinement" de la loi naturelle dans le coeur de l'homme.

Loi naturelle : enracinement dans le coeur de l'homme.
 
Notre grande philosophe, Simone Weil, malheureusement morte trop tôt, en 1943, sans avoir le temps d’épanouir toute sa pensée, a remarquablement analysé dans les cinquante sept premières pages de son ouvrage « l’Enracinement » ( (SIMONE WEIL, L’Enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Flammarion, 1990) les besoins de l’âme humaine, ce besoin d’ordre, qui permet toute vie sociale. Elle montre que les droits de l’homme ne se maintiennent que si chacun se reconnaît des devoirs envers l’autre. Droits et devoirs sont en quelque sorte les deux faces d’une même médaille ce qu’exprime d’une autre manière l’adage bien connu : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fit. »
 
L’histoire montre bien que les philosophes réalistes, comme le grec Aristote, plus de 300 ans avant Jésus-Christ, avaient déjà découvert ces règles et principes de vie, ce qui montre bien le caractère stable et universel de la loi naturelle. Comme dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique (n°1858) ; « On ne peut pas la détruire ni l’enlever du cœur de l’homme. Toujours elle resurgit dans la vie des individus et des sociétés. »

Se faire des alliés parmi tous les hommes de bonne volonté.

Loi naturelle : enracinement dans le coeur de l'homme.
En outre pour le chrétien, le respect de la loi naturelle prédispose à la perfection dans l’ordre surnaturel. La grâce ne détruit pas la nature, elle la complète et la perfectionne. Le Christ a bien précisé qu’il n’abolissait pas la loi mais qu’Il l’amenait à un accomplissement supérieur. Le respect de cette loi naturelle est donc une excellente préparation aux exigences de la sainteté, ce qui montre bien l’importance de la doctrine sociale de l’Eglise, qui est un des instruments de la nouvelle et nécessaire évangélisation. Nous voyons donc se dessiner de façon très claire une ligne de pensée et d’action pour les catholiques du troisième millénaire :

1- au nom de votre Foi, n’ayez pas peur d’être des saints. Engagez-vous dans la voie de la prière, de la vie sacramentelle, de l’écoute de la parole et la grâce du Seigneur ne vous fera jamais défaut. Ne vous contentez pas d’une morale au rabais et d’une religiosité superficielle.

2- Mais ne vous enfermez pas dans une spiritualité individualiste et intimiste. Soyez des promoteurs de la civilisation de l’amour, formez vous à la doctrine sociale de l’Eglise et engagez vous, chacun avec vos charismes, dans la transformation de la société dans votre quartier, vos associations, vos professions, votre vie de citoyen. Si vous êtes dans le monde des témoins de l’amour, vous gagnerez le respect et la crédibilité.

3- Vous ne pourrez transformer ce monde sans vous faire des alliés parmi tous les hommes de bonne volonté. Ayez pour cela le réflexe de faire appel aux arguments de la sagesse humaine. La raison de l’homme de bonne volonté ne peut qu’adhérer aux arguments de la loi naturelle. La plupart des humains aspire à un ordre naturel, qui favorise la paix sociale, le développement économique, la solidarité, l’esprit d’entreprise, la justice, la fraternité.
 
Cette ligne de pensée et d’action est dans la droite ligne du concile de Vatican II. Elle prolonge l’action des papes qui ont guidé l’Eglise entre Vatican I et Vatican II, c’est-à-dire notamment Léon XIII, Pie XI et Pie XII. Tous les trois ont poussé de toutes leurs forces, les catholiques à l’action sociale, Léon XIII le pionnier de la doctrine sociale de l’Eglise, Pie XI le pape de l’action catholique, Pie XII qui a abordé tous les domaines de la vie moderne pour y engager les catholiques, chercheurs, médecins, juristes, chefs d’entreprises, économistes, hommes politiques etc…


Père Y. Bonnet

Admin




Le Bien Commun | La Justice sociale. | La destination universelle des biens temporels. | La Loi naturelle. | Le principe de subsidiarité



Inscription à la newsletter