Père Yannik Bonnet

Liberté et obéissance

Comment concilier la liberté de conscience et l’obéissance à l’Église ?



L'être humain décide souverainement de sa vie.

Liberté et obéissance
Comment concilier la liberté de conscience et l’obéissance à l’Église ? Premier élément de réponse. Contrairement à l’animal, qui est dirigé par son instinct, la personne décide souverainement de ses actes en usant de son intelligence pour choisir sa voie et de sa volonté pour s’y engager. Cette intelligence et cette volonté constituent en quelque sorte son « poste de pilotage » dont elle use pour diriger sa vie. L’animal est en pilotage automatique !

Ce n'est pas une raison pour piloter n'importe comment!

Liberté et obéissance
Deuxième élément de réponse. L’expérience montre que la manière dont chacun use de cette capacité n’est pas sans conséquence. Car on peut faire des choix, qui se révèlent nuisibles comme les excès d’alcool, la consommation de dro­gue, l’usage désordonné ou déviant de la sexualité, mais également la surconsommation des biens matériels, des jeux vidéos, les visionnages pornographiques, etc.
 

La voie de l'obéissance en vue du bien.

Ces choix peuvent enfermer dans de véritables esclavages, qui entravent l’usage du poste de pilotage : dans le vocabulaire actuel on nomme ces esclavages des addictions et les sociologues en montrent le développement inquiétant. Pour ma part, j’ai pris l’habitude de distinguer le libre arbitre, capacité de décider de ses voies, de la liberté véritable, qui est l’état « bienheureux » produit par le bon usage du libre arbitre. 
 
Troisième élément de réponse. La personne adulte, à condition de ne pas être privée par la force ou toute autre contrainte de l’usage de son libre arbitre, peut choisir la voie de l’obéissance en vue de son bien. L’obéissance peut donc être une voie de plus grande liberté. Pour ce qui concerne les enfants, l’obéissance à des parents et éducateurs bienveillants est la manière la plus adéquate pour faire un bon apprentissage de l’usage du libre arbitre.

Le caractère sacré de la liberté de conscience.

Quatrième élément de réponse. La liberté de conscience est ressentie par chacun comme la condition nécessaire de l’usage du libre arbitre ; elle a donc un caractère sacré, en lien avec l’éminente dignité de la person­ne humaine. Mais la Révélation judéo-chrétienne nous apprend que la rupture originelle avec le Créateur a fait entrer le mal dans le monde, fragilisant chaque personne dès son entrée dans la vie, obscurcissant l’intelligence et affaiblissant la volonté. Avec la grâce de la Rédemption, l’Église fondée par le Christ a reçu mission d’être mère et éducatrice, d’éclairer les intelligences par son enseignement et de consolider les volontés par les sacrements.

Ce n'est pas la conscience qui décide ce qui est bien et ce qui est mal.

Liberté et obéissance
La conscience morale est donc un merveilleux don de Dieu, mais ce n’est pas elle qui décide de ce qui est bien ou mal. Elle a donc besoin d’être formée à la Vérité qui rend libre. Faire du libre arbitre un absolu et de la conscience humaine le fondement de la vie morale est à l’origine des graves désordres de notre société contemporaine. Dans l’encyclique Veritatis Splendor, Jean-Paul II a magistralement identifié tous les aspects de cette déviance moderne qui a malheureusement trouvé des adeptes dans la population catholique. Cette encyclique est donc à lire et à relire sans modération ! On y trouve ce rappel à la vigilance des évêques dans leurs diocèses : 
 
" 116. En tant qu'évêques, nous avons le devoir d'être vigilants pour que la Parole de Dieu soit fidèlement enseignée. Mes Frères dans l'Episcopat, il entre dans notre ministère pastoral de veiller à la transmission fidèle de cet enseignement moral et de prendre les mesures qui conviennent pour que les fidèles soient préservés de toute doctrine ou de toute théorie qui lui sont contraires. Dans cette tâche, nous avons tous l'aide des théologiens. Cependant, les opinions théologiques ne constituent ni la règle ni la norme de notre enseignement, dont l'autorité découle, avec l'aide de l'Esprit Saint et dans la communion cum Petro et sub Petro, de notre fidélité à la foi catholique reçue des Apôtres. Comme évêques, nous avons le grave devoir de veiller personnellement à ce que la « saine doctrine » (1 Tm 1, 10) de la foi et de la morale soit enseignée dans nos diocèses.
 
Vis-à-vis des institutions catholiques, une responsabilité particulière s'impose aux évêques. Qu'il s'agisse d'organismes destinés à la pastorale familiale ou sociale, ou bien d'institutions vouées à l'enseignement ou à l'action sanitaire, les évêques peuvent ériger et reconnaître ces structures et leur déléguer des responsabilités ; toutefois, ils ne sont jamais dispensés de leurs obligations propres. C'est leur devoir, en communion avec le Saint-Siège, de reconnaître ou de retirer, dans des cas de graves incohérences, le qualificatif de « catholique » aux écoles 179, aux universités 180, aux cliniques ou aux services médico-sociaux qui se réclament de l'Eglise." 

Père Y. Bonnet

La prière conclusive de Veritatis Splendor.

" Marie partage notre condition humaine, mais dans une transparence totale à la grâce de Dieu. N'ayant pas connu le péché, elle est en mesure de compatir à toute faiblesse. Elle comprend l'homme pécheur et elle l'aime d'un amour maternel. Voilà pourquoi elle est du côté de la vérité et partage le fardeau de l'Eglise dans son rappel des exigences morales à tous et en tout temps. Pour la même raison, elle n'accepte pas que l'homme pécheur soit trompé par quiconque prétendrait l'aimer en justifiant son péché, car elle sait qu'ainsi le sacrifice du Christ, son Fils, serait rendu inutile. Aucun acquittement, fût-il prononcé par des doctrines philosophiques ou théologiques complaisantes, ne peut rendre l'homme véritablement heureux : seules la Croix et la gloire du Christ ressuscité peuvent pacifier sa conscience et sauver sa vie." JP II, Veritatis Splendor 
 
 
 
Admin




Liberté, Autorité et Obéissance. | Commentaires d'Evangile. | Guide Pour la Sainteté ( GPS ) | Foi, Magistère et Catéchisme de l'Eglise Catholique



Inscription à la newsletter