Père Yannik Bonnet

Le Sermon sur la Montagne, selon Saint Matthieu. Versets 33 à 46. P. Y. Bonnet.

33 Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment.
34 Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu ;
35 ni par la terre, parce que c'est son marchepied ; ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi.
36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu.
37 Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu'on y ajoute vient du malin.
38 Vous avez appris qu'il a été dit : oeil pour oeil, et dent pour dent.
39 Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.
40 Si quelqu'un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
41 Si quelqu'un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui.
42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.
43 Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.
44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,
45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils pas de même ?
47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ?
48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.



La Vérité du saint Nom de Dieu

Le Sermon sur la Montagne, selon Saint Matthieu. Versets 33 à 46. P. Y. Bonnet.

 Dans cette troisième et dernière partie du chapitre 5 de son Evangile , St Matthieu continue à faire parler Jésus sur le mode :" On vous a dit , eh bien , Moi  Je vous dis " . Deux thèmes sont ainsi exposés aux douze , celui des serments ou affirmations , que beaucoup de Juifs avaient coutume d'appuyer par l'invocation du nom de Dieu , et celui de l'amour des ennemis .

    


Le grand Désinformateur....

 Concernant les serments , Jésus enseigne clairement que c'est manquer de respect envers Dieu que de le " citer " , Lui , le Très Haut  , pour convaincre nos interlocuteurs de notre sincérité , que ce soit dans le domaine des convictions profondes ou , pire encore , quand il s'agit de nos affaires d'ordre temporel . Ou nous disons la vérité et , dans ce cas , faisons confiance à la Providence , cette vérité finira bien par éclater au grand jour . Ou ce n'est pas le cas et il est extrêmement grave de mêler le Nom sacré de notre Dieu à un mensonge . La dernière phrase : " Que votre oui soit oui , que votre non soit non , tout le reste vient du démon " est d'une grande richesse dans sa brièveté . A notre époque de la " pensée unique " , elle nous incite à proclamer sans ambiguïté nos convictions et nos refus . Le démon , qui est le grand désinformateur , menteur dès le début dit l'Ecriture Sainte , et en conséquence " mortel " pour l'homme , a réussi à imposer l'idée qu'une affirmation ou une négation " claire et nette " était blessante pour ceux qui ne sont pas du même avis , ce serait un manque de charité .

Benoit XVI avait , dans son introduction de " Caritas in veritate " , montré qu'il s'agissait là d'une attitude relevant du " sentimentalisme " et non de l'amour authentique . Certes notre manière d'exprimer ces convictions impose aujourd'hui des précautions oratoires pour que nos interlocuteurs entendent bien que nous respectons les personnes , même si nous ne partageons en rien leurs opinions , mais attention à ne pas édulcorer notre parole et à ne pas donner dans l'affectif " sirupeux " , pratiqué par trop de nos coreligionnaires depuis de longues années : " Si le sel s'affadit , il ne sert plus à rien " ( verset 13 du même chapitre ) .

   


Résistance pacifique au grand Menteur

  Concernant l'amour des ennemis , la nouvelle exigence proclamée par le Christ relève d'une sainteté héroïque , particulièrement dans la première formulation ; non seulement il ne faut pas résister au méchant mais encore il faut " lui tendre l'autre joue " . Soyons clairs , c'est bien comme cela que Jésus a vaincu le Mal et sauvé l'humanité . Et c'est bien comme cela que les catholiques doivent agir aujourd'hui , en adoptant une attitude résolument pacifique face à ceux qui nous persécutent . Pacifique n'est pas synonyme de pacifiste , notre résistance spirituelle , morale et culturelle , ne doit pas faiblir mais elle doit s'opérer dans la douceur et dans la prière ardente pour ceux qui se déclarent eux-mêmes ouvertement comme nos ennemis , n'hésitant pas à nous calomnier . C'est ce que le Christ a vécu de la part des chefs religieux juifs , alors qu'Il était le Messie annoncé et promis au peuple élu depuis des siècles . Telle a été l'attitude des Apôtres , après la Pentecôte , face à ces mêmes chefs religieux . Preuve qu'ils avaient assimilé les leçons de leur Maître : " Le serviteur n'est pas plus grand que le Maître , comme ils m'ont persécuté , ils vous persécuteront " et " Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice " . Les "Actes des Apôtres " nous disent qu'ayant été " fouettés" , " Ils sortirent tout joyeux d'avoir été jugés dignes d'être maltraités pour le Nom de Jésus " .

   


Actes objectifs d'amour, et non pas sentimentaux

 La deuxième partie de ce passage est relative au devoir grave de prier pour nos ennemis , ce qui est la plus grande preuve d'amour que l'on puisse donner . Si l'on pense que le pardon doit d'emblée concerner nos sentiments pour ceux qui nous ont fait du mal , cela peut nous être humainement impossible . Ce n'est pas ce que nous recommande le Christ , Il nous demande de prier pour eux , c'est à dire de faire un pur acte de volonté en invoquant pour eux l'Amour illimité du Seigneur , par exemple en demandant leur salut , leur béatitude éternelle . C'est tout à fait possible de le faire sans éprouver le moindre sentiment affectueux , il n'empêche que vous ne pouvez pas vouloir un plus grand bien pour l'autre , donc vous l'aimez réellement et beaucoup plus qu'en sentiment . Dieu verra cet acte objectif d'amour de votre part , Il vous le revaudra et , par surcroit Il guérira votre âme sensible de la blessure causée par votre ennemi . Souvenons-nous sans cesse que le Père a donné son Fils par Amour pour les pauvres pécheurs que nous sommes , que le sacrement de la confession est en permanence à notre disposition pour nous ouvrir à la réconciliation avec notre Dieu . " Donc vous , soyez parfaits comme votre Père du Ciel est parfait " , merci Seigneur de nous donner la voie de la Béatitude éternelle .


Père Y. Bonnet

 
Admin




Liberté, Autorité et Obéissance. | Commentaires d'Evangile. | Guide Pour la Sainteté ( GPS ) | Foi, Magistère et Catéchisme de l'Eglise Catholique



Inscription à la newsletter