Père Yannik Bonnet

La France court-elle un danger de guerre civile? Père Y. Bonnet



La France court-elle un danger de guerre civile ?
La personne qui me pose cette question a été impressionnée par divers propos du Saint Père. Celui-ci aurait déclaré qu'une troisième guerre mondiale était en gestation, qu'elle ne serait pas frontale entre deux camps bien définis, mais plutôt diffuse un peu partout. Donc, me dit mon interlocuteur, des guerres civiles pourraient faire partie de cet état de désordre multipolaire. Et il ajoute : " En France, à votre avis, une guerre civile est-elle du domaine du possible ? "

Je ne suis pas prophète, mais j'aime analyser la situation de mon pays et je lui ai dit ce que j'en pensais. A mon avis, il y a quelques constats inquiétants qui n'échappent pas aux observateurs réalistes. Le premier réside dans le très bas niveau de crédibilité du chef de l'Etat, tant à l'étranger que dans l'hexagone. Cette mauvaise cote est liée à la fois à la personne même du Président mais aussi à l'amateurisme d'un certain nombre de ses ministres. En outre, ce que l'on peut appeler la France profonde ne se reconnait pas plus, et probablement de moins en moins, dans le style " bobo de gauche " qu'elle ne se reconnaissait dans le style du précédent Président.

Bien plus, cette France profonde se sent parfois détestée dans ses racines multiséculaires, par des membres importants de l'équipe gouvernementale. La récente manifestation des policiers montre bien que le malaise est profond, alors justement que la délinquance augmente, que le trafic de la drogue est en plein essor et que les armes des trafiquants sont performantes et utilisées sans complexes. La remise en circulation de délinquants dangereux inquiète les uns et exaspère les autres, et l'insécurité croissante fait partie du discrédit des responsables politiques.

Quant à la situation de notre économie, les dépôts de bilan, les cessations d'activités, la croissance du chômage, l'augmentation de la dette et l'absence de réformes profondes  n'annoncent pas de lendemains qui chantent !

Dans ce contexte peu réjouissant, les facteurs spirituels, moraux, culturels et émotionnels, vont jouer un rôle croissant. Et l'on peut dire  sans se tromper qu'ils ne sont pas rassurants. S'il y a un réveil spirituel certain et des conversions spectaculaires, la masse reste profondément matérialiste. L'amoralisme tranquille - pensez à la cohabitation qui devient la règle dans la jeunesse, le divorce en plein essor, l'avortement banalisé- s'est installé dans toutes les classes sociales. Les masse media diffusent majoritairement, en dépit de belles exceptions, un mélange d'affectif sirupeux et de pourriture nauséabonde, dans un climat émotionnel souvent malsain.

Or malheureusement la classe politique n'apparaît pas à nos concitoyens capable de provoquer un sursaut salvateur, trop d' "affaires ", trop d'avantages pécuniaires non justifiés, trop d'absentéisme, et un souci majeur : la réélection ! Quant au " vivre ensemble ", il se traduit par l'émergence du communautarisme. L'importante communauté musulmane véhicule une culture forgée par l' Islam, incompatible avec les racines chrétiennes de notre patrie. Je ne peux donc pas m'empêcher de penser que l' état actuel de notre société recèle de nombreux ferments susceptibles de favoriser une guerre civile. Et qui peut dire qu'il ne peut pas surgir à un moment un événement imprévu  qui joue le rôle de détonateur ? L' Histoire nous en donne maints exemples.


Père Y. Bonnet
Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter