Père Yannik Bonnet

Faut-il se préparer à de grandes épreuves? Père Y. Bonnet

Une réflexion pour le temps de carême, un appel à la conversion et à l'action : constituons des réseaux locaux de service mutuel, car en temps d'épreuve, la charité, la compassion, l'amitié, aident à tenir le choc.



Constat.

Faut-il se préparer à de grandes épreuves? Père Y. Bonnet
Faut-il se préparer à de grandes épreuves ? Les personnes qui me posent cette question ne sont nullement de mentalité catastrophiste. Ce sont plutôt des personnes qui connaissent l’Histoire et qui sont convaincues que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Elles remarquent que la disparition brutale et le plus souvent sanglante des civilisations a toujours été annoncée par de sages observateurs, atterrés de constater que les structures fondatrices d’une société, la famille, l’école, le clergé, connaissaient une profonde décadence. Elles sont frappées actuellement par le lavage de cerveau opéré par les grands médias audiovisuels, qui diffusent pêle-mêle la soif du plaisir et de l’argent, l’exhibitionnisme et le voyeurisme, l’irréalisme et l’amoralisme. Elles me font remarquer l’incapacité du personnel politique à montrer à leurs mandants les enjeux véritables de la société moderne, les défis à relever, les efforts à consentir, les sacrifices à accepter.

Combien nous devons prier pour le successeur de Benoït XVI, pour cette chaîne ininterrompue de sagesse des papes des temps modernes!

Benoît XVI aux Nations Unies
Benoît XVI aux Nations Unies
Il est intéressant de constater que celles d’entre elles qui sont agnostiques me confient que les papes de l’après-Deuxième Guerre mondiale ont le plus souvent été ces sages lucides qui, à la fois, posaient clairement les vraies questions et proposaient les plus crédibles voies de solutions. Me sachant prêtre catholique, grand admirateur des papes de la modernité de Pie IX à nos jours et spécialement à Benoît XVI, ce qui n’est en aucun cas une restriction vis-à-vis de leurs prédécesseurs, elles me demandent quel est mon diagnostic sur la situation. Je suis persuadé que la probabilité que le monde entier connaisse de grandes épreuves, à vue humaine, est extrêmement élevée. Combien nous devons prier pour le successeur de Benoït XVI, pour cette chaîne ininterrompue de sagesse des papes des temps modernes!

Hommage à ceux qui, sans tapage médiatique, continuent à faire du bien.

Les tensions sont omniprésentes, idéologiques, religieuses, économiques, raciales, etc. Dans les pays démocratiques, le personnel politique est le plus souvent centré sur sa réélection et en conséquence démagogue, dépendant des médias et des puissances financières, quand il n’est pas lui-même profondément amoral, voire cynique. Autant durant les « trente glorieuses », l’échelle des pouvoirs d’achat s’était resserré, ce qui est facteur de paix sociale, autant depuis une trentaine d’années la précarité a augmenté de façon significative alors que se constituaient des fortunes indécentes, parce que peu portées au don. J’en profite pour rendre d’autant plus hommage à celles qui, sans tapage, continuent à faire du bien.

En période d’épreuves, la solidarité et l’entraide, la compassion et l’amitié,permettent de tenir le choc.

Saint Marie Majeure, Rome, couronnement de la Vierge
Saint Marie Majeure, Rome, couronnement de la Vierge
Je confirme donc que nous devons nous préparer à affronter de grandes épreuves, en pratiquant un vigoureux entraînement moral et spirituel. Quand je dis moral, je pense aux quatre grandes vertus appelées cardinales, la prudence, la justice, la force et la tempérance. J’y ajoute la vertu d’humilité qui nous fera utilement souvenir que, si la grâce ne fait jamais l’économie de la nature, nous avons bigrement besoin de la grâce pour venir au secours de la nature. Plus que jamais vivons de l’Eucharistie, elle nous empêchera de nous recroqueviller sur nous-mêmes et nous portera à l’amour des autres. En période d’épreuves, la solidarité et l’entraide, la compassion et l’amitié,permettent de tenir le choc. D’ores et déjà, constituons des réseaux locaux de service mutuel, ils vont devenir indispensables.

 
 
 

Marie et la vertu d'Espérance.

Rappelons en cette Année de la foi, que la vertu théologale d’espérance lui est directement liée (Spe salvi). À nous Français, cette espérance est tout spécialement communiquée par notre douce avocate, la Vierge Marie, patronne principale de la fille aînée de l’Église, et nous savons, parce qu’elle nous l’a dit et redit, qu’elle ne nous abandonnera jamais. Depuis, La Salette, Marie est revenue bien souvent nous rendre visite, à Lourdes, à Pellevoisin, rue du Bac, à Pontmain, à l’Île Bouchard, pour ne citer que les apparitions les plus connues. Grâce à elle, nous le savons, la France redeviendra fidèle à sa vocation d’éducatrice des nations, selon la phrase de Jean-Paul II. Que tous ceux qui le peuvent n’hésitent pas à demander à des prêtres, qui en ont en outre un grand besoin, de célébrer des neuvaines de messe pour la fille aînée de l’Église. Ce sera doublement une bonne action. 

Père Y. Bonnet
Admin



Conversion de la France



Inscription à la newsletter