Père Yannik Bonnet

Comment voyez-vous l'évolution de la France sous l'ère Macron ? Père Bonnet



Comment voyez-vous l'évolution de la France sous l'ère Macron ?

     Tout d'abord un premier constat : dès son arrivée dans la sphère de la vie politique active, le jeune et brillant énarque a pris bien soin de préciser qu' il n'était ni de droite ni de gauche.

     Entendez par là , " mon objectif est le bien de la France ", ce qui exclut toute attitude partisane. Ce discours a eu pour effet immédiat de démobiliser politiquement tous ceux de nos compatriotes qui veulent d'abord vaquer tranquillement à leurs petites affaires et qui s'étaient mobilisés à l'époque de la "Manif ", plus par désir de rejeter la mouvance " Hollande "que par adhésion à un projet politique.

     Ce rejet consommé, ils avaient bonne conscience pour adopter Macron : " donnons sa chance à ce brillant jeune homme, qui n' appartient pas aux anciennes mouvances partisanes ". La stratégie de la mouvance " Macron " était habile, les anciens partis politiques ont immédiatement connu une crise, dont ils ne sortent pas. Ma deuxième réflexion est que la nature ayant horreur du vide, le Président devra montrer qu'il a un projet pour la France, un projet attractif et mobilisateur.

     Ni la finance internationale, ni l'Europe, ne sont des thèmes porteurs susceptibles de faire sortir de leur douce torpeur la majorité de nos compatriotes, anesthésiés depuis trop longtemps par le matérialisme ambiant. Pour redevenir la France, fidèle comme le lui demandait Saint Jean-Paul II à sa vocation d'éducatrice des autres nations, la France a besoin d' un grand projet, spirituel, moral et culturel. Dans son état actuel et compte tenu de la médiocrité de ce qui devrait être son élite, il ne faut pas rêver, c'est mission impossible.

     Ma troisième réflexion est que paradoxalement, une authentique élite est en train de se développer, à l'écart des circuits officiels, des media, de l'enseignement catholique institutionnel et de la majorité du clergé. Il y a une petite partie de notre jeunesse, avide de spiritualité, de morale et de culture : elle trouve des réponses à son sain appétit. Et il y a des adultes qui se consacrent à Jésus et à Marie, qui prient pour le renouveau catholique de la France, qui offrent dans la discrétion leurs souffrances en union au Christ en Croix. Je suis frappé par ce "grand écart" qui sépare cette petite minorité de "fervents" d'une majorité  où se côtoient prédateurs dangereux, amoralistes paisibles, matérialistes de toute espèce, mais aussi indifférents sur le plan religieux, non sans valeurs humaines respectables, engagés dans le caritatif, le politique au sens noble du terme, le dépassement d'eux-mêmes, la culture et sa diffusion, etc…Dans le domaine culturel, le contraste est frappant, d'une part on peut être légitimement peiné de la vulgarité de beaucoup de manifestations audiovisuelles affligeantes, mais la qualité des ouvrages publiés actuellement est remarquable, comme si leurs auteurs se disaient : c'est justement parce que la médiocrité apparait comme un maelström tout puissant, qu' il faut nous dépêcher de montrer que la qualité n'est pas morte !

     Paradoxalement, c'est peut-être sous l'ère Macron que s'amorce le réveil spirituel, moral et culturel de la France. Saint Pie X a eu la vision d'une France en très piteux état, se redressant à l'appel du Christ, nous n' en sommes plus très loin. Il faudra probablement un événement déclencheur : comme toujours la Providence y pourvoira.
Admin



Conversion de la France



Inscription à la newsletter