Père Yannik Bonnet

Comment peuvent-ils encore se dire démocrates? Père Y. Bonnet



Comment peuvent-ils encore se dire démocrates ?
L'origine grecque du mot démocratie signifie que le pouvoir politique est exercé par le peuple (démos en grec ancien veut dire peuple). Cet exercice est confié à intervalles réguliers, à la suite d'élections, à des personnes qui représentent les électeurs. Il est évident que les élus se doivent d'être à l'écoute de ceux qui les ont élus, faute de quoi ils courent le risque de ne pas être réélus, quand ils devront remettre en jeu leur mandat.

La rupture entre élu et électeur se passe le plus souvent en deux temps. Dans un premier temps, l'électeur constate qu'il y a une dérive entre les objectifs qui lui ont été présentés avant l' élection et ceux qui ont été atteints, ce qui peut arriver quand un groupe politique affronte un autre groupe qui s'avère plus fort. Mais l'électeur vigilant veut vérifier, en examinant le compte rendu des débats, que son représentant a fait preuve de compétence et de pugnacité quand il a affronté le camp adverse.

Si ce n'est pas le cas, il poursuivra son enquête, ce qui peut l'amener à constater que c'est le groupe auquel est rattaché son élu, qui a exercé sur lui une pression efficace pour l'amener à " dériver "! Il faut bien comprendre que les groupes eux-mêmes sont l'objet de pression de la part de puissants lobbies soucieux de leurs intérêts économiques  et prêts à soutenir financièrement ceux qui feront passer des lois favorables à leurs activités.

C'est aujourd'hui au niveau de l'Europe que se jouent ces pressions et les décisions qui sont prises n'ont plus de démocratiques que le nom. Or le peuple commence à se rendre compte de ce dévoiement et, de plus en plus, manifeste son exaspération en reportant ses suffrages sur de nouveaux groupes, étrangers à la famille de ceux qui s'affirment hautement d'authentiques démocrates. Il se trouve que l'équivalent latin du mot démos est le mot populus. Avouez qu' il est symptomatique de l'hypocrisie actuelle que les démocrates autoproclamés traitent ces nouveaux adversaires de "populistes" pour les disqualifier et leur interdire de prétendre représenter le peuple!

Ce serait risible si ce n'était pas le signe de l'agonie d'un véritable débat au sein du monde politique installé. Vous avez constaté, comme moi, que la triple alliance ( media, lobbies, partis ) a tout fait pour discréditer ce " populisme " en le qualifiant "d'extrême droite", entendez par là fascisant, néo nazi, mais ce n'est déjà plus crédible et cela ennuie beaucoup ces pseudo-démocrates qui méprisent tant le peuple réel!

Je ne peux m' empêcher de faire une analogie entre ce populisme et ce qu'on nomme, dans le domaine religieux, la piété populaire. Dans sa sagesse, l' Eglise a toujours dit que la piété populaire devait être éduquée, certes, mais qu'elle était respectable et indispensable, un signe de bonne santé religieuse. Les intellectuels prétentieux qui la méprisent ont bien souvent perdu la Foi!

Eh bien, en politique, si l'on méprise la voix du peuple au lieu d' engager un nécessaire dialogue, on le paiera cher. Si vous en doutez, allez demander aux commerçants en armes s' ils font de bonnes affaires et vous serez édifiés : les français s'arment pendant que les policiers manifestent une légitime colère, voyant qu'ils ne peuvent plus assurer la sécurité de la population ni même la leur. Comme dirait Platon, c'est en toute jeunesse les prémices du chaos.
Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter