Père Yannik Bonnet

Comment faire reculer la contre culture nihiliste actuelle ? Père Bonnet.



 
Beaucoup de parents et de grands parents se posent la question en voyant leur descendance adopter les modes de vie destructeurs  véhiculés par cette contre culture, omniprésente dans les media.

Ses caractéristiques, nous les connaissons, matérialisme, individualisme, hédonisme et relativisme. Ce cocktail diabolique est un poison pour les consciences et les conséquences dans la vie sociale se manifestent dans une diversité qui reflète la multiplicité des personnalités et des milieux dont elles sont issues. Se trouvent banalisés les règlements de compte, les agressions, les viols, la délinquance, le suicide, les ruptures des couples mariés ou vivant en concubinage avec les conséquences sur les enfants, les addictions ( alcool et drogues ) causes de nombreux accidents.

On peut comprendre l'inquiétude des catholiques restés fidèles devant cette " déferlante "  qui menace de contaminer leurs proches, si ce n'est pas déjà fait. Les Pères conciliaires de Vatican II, en classant la culture comme deuxième urgence pastorale, immédiatement après celle du mariage et de la famille, avaient perçu l'importance des phénomènes culturels dans la société moderne.


Et l'on peut dire que, paradoxalement, ils ont été entendus avec un décalage dans le temps. Je suis frappé par la qualité des ouvrages publiés par nombre d'auteurs chrétiens depuis une vingtaine d'années, par la pertinence de leurs analyses et de leurs propositions. Comment se fait-il que ce travail remarquable ne porte pas davantage de fruits?


La réponse  qui sert d'excuse, c'est que les media sont inféodés aux promoteurs de la contre culture athée et amorale  et que l'on n'y peut pas grand chose. C' est exact mais un peu court à mon avis. Je pense tout simplement que la richesse culturelle de nos auteurs n'est accessible qu' à une catégorie de lecteurs aptes, par leur formation intellectuelle, à la " digérer ", à l'assimiler et à l'utiliser. Il y a un déficit dans la transmission et la vulgarisation de cette richesse, pour que cette culture devienne populaire.

Mais, diront les sceptiques, il n'y a pas dans les " classes populaires " d'appétit pour cette culture. Je m'inscris en faux contre cette affirmation car certaines réactions à des événements divers, lues dans Internet, montrent que leurs auteurs manquent de formation mais pas de justesse intuitive. Et, lors de mes deux petits séjours en Martinique, j'ai constaté à quel point il existe une véritable faim de réponses solides à des questions que se posent des personnes  qui ont certainement trop peu reçu, eu égard au contexte post moderne et à ses dangers.

Il est plus que temps de prendre conscience de ce déficit culturel  qui fragilise les plus modestes, ce que St Jean Paul II avait fort bien compris. Comment pourraient-ils se maintenir une bonne santé spirituelle et morale, sans une formation de l'intelligence à la réflexion, au discernement, à l'esprit critique ? C'est bien la culture qui permet de ne pas tout " gober " et de rejeter ce qui est un poison pour les esprits. Il est urgent de promouvoir une culture qui exalte la vertu de pureté, la chasteté, le trésor de la virginité, pour faire reculer cette contre culture diabolique  qui ne sait promouvoir que ce qui est vil, sale, ordurier et mortifère. Le bon peuple mérite d'être protégé de la culture de mort et d'être nourri de beauté, de sagesse et d'amour vrai.

Père Yannik Bonnet
Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter