Père Yannik Bonnet

Chroniques sur Saint Joseph, par le père Y. Bonnet. Chronique 3



Chronique Saint Joseph 3

Un événement va soudain changer la vie de Joseph : il est convoqué au temple de Jérusalem  car les autorités religieuses ont en charge, depuis que ses parents  Joachim et Anne  l'ont consacrée au Seigneur, une merveilleuse jeune fille nommée Marie et celle-ci est en âge de se marier.

Tout donne à penser qu'elle est devenue orpheline et c'est donc le Temple qui a la responsabilité de lui trouver un époux de qualité. Bien naturellement, il est apparu souhaitable qu'il s'agisse d'un descendant de David, compte tenu des prophéties concernant la personne du Messie et de la proximité logiquement supposée de sa venue sur terre. On avait dû convoquer, parmi les multiples descendants, tous ceux qui étaient célibataires et en âge de prendre femme.

Joseph était présent parmi les appelés sans penser qu'il serait désigné par ...le Seigneur pour être l'époux de Marie. Le grand Prêtre a été l'instrument de cette désignation et a reçu un " signe " pour identifier l'élu. Marie avait forcément fait savoir aux autorités religieuses qu'elle avait fait un voeu tout à fait insolite dans la culture judaïque, celui de rester vierge, et le grand prêtre savait que Marie le dirait franchement à celui qui serait choisi par Dieu à la demande des homme . Dans le premier chapitre des Actes des Apôtres, on voit que ce mode de désignation par un signe laissé à la Volonté divine est celui que Pierre va prendre pour le choix du remplacement de Judas. C'était donc bien une tradition religieuse judaïque .

C'est ainsi que l'humble artisan de race royale a su qu'il était désigné par le Ciel pour être l'époux de la petite jeune fille  qui depuis douze ans émerveillait les autorités du Temple et tous ceux qui, comme Anne de Phanuël , " ne s'éloignaient guère " de ce lieu de prière.

Le prêtre Zacharie, parent par son épouse Elisabeth de la famille de Marie, était certainement présent pour représenter les parents défunts de la jeune orpheline. Comme convenu avec le grand prêtre , Marie a fait part à Joseph de son voeu de virginité. Celui-ci ne pouvait, compte tenu du projet divin, n'être qu'un homme chaste et pur, vraisemblablement naziréen. Le naziréat était un voeu de chasteté que faisaient certains juifs pieux, généralement pour une durée de trois ans renouvelable à volonté par celui qui l'avait fait. Tout permet de supposer que Joseph était naziréen et qu'il était, par ce voeu , préparé à accepter le voeu de Marie et... la Volonté du Père de confier son Fils et la Mère de son Fils à un homme... choisi par Lui.

A ce moment de sa vie , Joseph ne sait pas qu'il va devenir, par l'acceptation qu'il vient de prononcer, l'époux de l'Immaculée, future mère du Messie Sauveur de l'humanité. Il sait seulement que cette petite Marie est une " perle ", qui fait l'admiration de tous ceux qui la côtoient depuis douze ans. Avec la Grâce de Dieu, qui a conforté sa décision courageuse, il a acquiescé à la Volonté divine, dont il ne peut pressentir l'ampleur.

C'était déjà un juste mais il lui fallait " s'ajuster " encore à un projet divin nécessitant de l'héroïsme. Il le fait une première fois, ce ne sera pas la dernière, et Marie comprend que Dieu lui donne un époux exceptionnel, sans qu'elle sache elle-même que son destin futur l'exige. Cet événement contient un premier appel à ce couple, qu'avec le recul , nous honorons d'un culte unique dans son genre pour ce qui concerne Marie et d'un culte commun à tous les Saints, mais à la première place, pour ce qui concerne Joseph.

Père Yannik Bonnet

Admin




Liberté, Autorité et Obéissance. | Commentaires d'Evangile. | Guide Pour la Sainteté ( GPS ) | Foi, Magistère et Catéchisme de l'Eglise Catholique



Inscription à la newsletter