Père Yannik Bonnet

Célibat des prêtres : Mgr Parolin a la parole ( malgré les grands titres journalistiques) ! Le tour de la question.



Un article complet sur la question

Mgr Parolin
Mgr Parolin
Comme le titre Aleteia, dans un excellent article de Philippe Oswald, il s'agit d'une marotte des médias. Cet article mérite d'être lu car il fait le tour de la question et donne les meilleures citations théologiques sur le sujet, le tout avec bon sens et humour. Sont cités les arguments du pape Benoît sur la question, ainsi que les propos du pape François sur le sujet.
De quoi rassurer : non, les papes et les secrétaires d'Etat ne nous changent pas l'Eglise à volonté sur la pression des médias. 

Faire l'opinion uniquement avec les gros titres

Il est interessant de comparer avec le Figaro : une évolution semble possible sur le célibat des prêtres.  tout est question d'interprétation journalistique, et non pas théologique dans cet article-là. Les propos de Mgr Parolin sont-ils alors dans l'esprit de l'article de Philippe Oswald, ou bien dans celui de Jean-Marie Guénois ? Lequel Jean-Marie Guénois n'hésite pas à titrer aussi : le Pape François, révolutionnaire dans la forme, conservateur sur le fond. Mrg Parolin communiquerait-'il avec le même brio des idées révolutionnaires dans la forme tout en gardant le fond, au sens du fondement de la foi ?

Il reste donc à lire les propos du secrétaire d'Etat ! Les voici en version originale  et leur traduction  sur le site Benoît et moi, déjà cité par Philippe Oswald. 

En réalité, tout le monde est d'accord et les propos du secrétaire d'Etat sont tout-à-fait..catholiques! Ceux des journalistes peuvent l'être aussi, avec la difficulté de faire passer au grand public des informations qui demandent une bonne formation et information théologique. Et toujours la simplification due à l'accroche des titres. 

Reste enfin la question du célibat des prêtres, devenue une accroche vendeuse...une interview filmée de journaliste sur le sujet sera accompagnée désormais d'une publicité de 15 secondes en introduction. Il est à craindre que le fond journalistique soit justement de pouvoir caser...la publicité. 

Pendant ce temps, les prêtres se donnent et servent !

Et pendant ce temps, les prêtres autour de nous se donnent et servent, loin des médias et de leur intérêt tout relatif pour eux ! Il est plus important certainement de prier pour eux et de remercier ces prêtres dévoués et discrets. Comme l'écrivait le père Bonnet récemment, la question de la chasteté, du célibat, est  vitale. Le célibat des prêtres s'inscrit dans cette même logique du don de soi et de pureté dont notre monde a tant besoin. Voir aussi la défense du célibat sacerdotal par Paul VI.

Sans oublier la très sympathique et efficace réaction de PadreBlog !  On peut regarder sur daily motion l'intervention de l'abbé Grosjean, ne cédant pas un pouce sur le terrain miné et médiatique d'un plateau de télévision. ( Le Grand Journal : prêtres, vers la fin du célibat. ). Remarquons au passage le titre faussé, et l'inévitable publicité. Et au passage aussi, les réponses du jeune prêtre, qui devait être porté par bien des prières, et montre une bonne capacité de communication que ses adversaires reconnaissent malgré eux!



Ce que disait le Pape Benoît sur la question dans le Sel de la terre ( cité par Ph. Oswadl).

On trouvera plus de développement sur le célibat sacerdotal dans ces propos adressés du cardinal JosefRatzinger au journaliste Peter Seewald publiés en 1997 dans le livre "Le Sel de la terre" (traduit aux éditions du Cerf, 2005). En voici quelques morceaux choisis :

« À l'origine [du célibat des prêtres], il y a une parole du Christ. Il y a, est-il dit, ceux qui renoncent au mariage au nom du royaume des cieux et qui de toute leur existence témoignent du royaume des Cieux. L'Église est arrivée très tôt à la conviction qu'être prêtre signifie donner ce témoignage. (…)

 Le renoncement au mariage et à la famille doit être compris de ce point de vue : je renonce à ce qui est humainement non seulement le plus normal, mais aussi le plus important. Je renonce à fournir de la vie à l'arbre de vie, à avoir ma propre terre de vie, et je crois que mon pays est réellement Dieu - et ainsi je rends crédible aux autres l'existence du royaume de Dieu. 

Le célibat a donc en même temps un sens christologique et apostolique. Il ne s'agit pas seulement d'économiser du temps - j'ai un peu plus de temps à ma disposition parce que je ne suis pas père de famille -, cela serait une vue trop primitive et trop pragmatique. Il s'agit vraiment d'une existence qui mise tout sur la carte de Dieu et abandonne ce qui seul rend en principe une existence adulte et lui donne de l'avenir.

Ce n'est certainement pas un dogme. C'est une habitude de vie, qui s'est formée très tôt dans l'Église pour des motifs fondés, tirés de la Bible. De nouvelles recherches montrent que le célibat remonte encore bien plus loin que les sources juridiques connues ne le disent, jusqu'au IIème siècle. 

Ce qui révolte aujourd'hui les gens contre le célibat, je crois, c'est de voir que tant de prêtres ne l'admettent pas en eux-mêmes, le vivent hypocritement, ou mal, ou pas du tout, ou au milieu de grands tourments... 

(...) dans les époques où le célibat est en crise, le mariage l'est également. Car aujourd'hui nous ne sommes pas confrontés aux seules ruptures du célibat, le mariage lui-même, comme base de notre société, est de plus en plus fragile. (…) La difficulté de vivre vraiment le mariage n'est pas moindre, en fin de compte. Pratiquement parlant, tout ce que nous obtiendrions après l'abolition du célibat, ce serait une autre sorte de problématique, celle dudivorce des prêtres. L'Église protestante ne l'ignore pas. (…) »

« Je crois, et d'après le résultat du dernier synode épiscopal c'est la conviction de la grande majorité des évêques, que la véritable question est la crise de la foi. En cédant sur ce point, nous n'aurions pas des prêtres plus nombreux et meilleurs, mais nous masquerions cette crise et nous obtiendrions malhonnêtement des solutions par un moyen illusoire.

"Il ne faut cependant pas considérer comme tout à fait absolue une habitude de vie de l'Église, si profondément ancrée et fondée soit-elle. Il est certain que l'Église devra toujours se poser la question, elle vient de le faire lors de deux synodes. 

Mais je pense (…) que l'Église n'aurait pas grand-chose à gagner en s'orientant vers cette dissociation ; elle perdra beaucoup si elle le fait. »


On lira aussi avec intérêt : " Faut-il revenir sur le célibat sacerdotal", la réponse de Paul VI. Le débat n'est pas nouveau! Les réponses de Paul VI évoquent l'aspect vocationnel de tout célibat consacré, faisant la différence- et le lien -entre célibat sacerdotal et célibat des consacrés.

Admin



Transmettre un bagage solide. | Nos actions. | Les Fondamentaux de l'éducation. | Les Fondamentaux de la Doctrine Sociale. | Les Fondamentaux de la Foi. | Solidaires dans l'éducation de tout l'homme. | Solidarité Espace Donateurs | Anthropologie | Boutique AESmag | Observatoire



Inscription à la newsletter